Affirmation et confiance en soi

Affirmation et confiance en soi

Ma propre expérience

Au travers ce texte qui est un extrait de mon propre journal, vous retrouverez le processus que vie tout être humain durant cette période « tampon » qu’est l’adolescence.  C’est la première étape où l’on s’affirme et où l’on développe sa confiance en soi.

Et oui, j’ai encore ce beau bijou qu’est mon journal et je m’en inspire! Il a été mon compagnon et mon confident.  Il m’a aidé à épanché mes peines et à vivre intensément mes joies.  Il a été mes premières expériences d’écriture.  Il a servi de moyen de communication entre ma meilleure amie et moi, puisque nous nous échangions nos journaux.  Nous n’avions pas la technologie et Facebook à l’époque!  D’ailleurs, il est écrit à la main!

Je vous partage ici un petit bout de ma première journée d’écriture!  Un vrai roman!   J’avais 14 ans!

Remarquez que je vous le rapporte tel que je l’ai écrit, ce qui veut aussi dire la transmission de mes émotions telles que je les vivais à l’époque et…l’évidence d’un manque de connaissance en grammaire et en syntaxe française !

Je ne mets que la première lettre du nom des autres « personnages » afin de garder l’anonymat de ceux-ci!

Lundi, 22 octobre 1973

On recommence une nouvelle semaine, une nouvelle journée.  La température est très belle et ça m’encourage.  J’ai de drôles de goûts le matin car, pour déjeuner, j’ai mangé de la soupe.  Depuis un bout de temps, je n’aime pas manger des « toasts » le matin.

Je pense à D (professeur de français) qui va me remettre mon premier chapitre que j’ai fait à la dactylo dans mon livre.  J’aime bien la journée du lundi, parce que, premièrement, j’ai deux périodes de libre et aussi c’est que je vois D.  Comme il ne s’est pas passé rien de grave les 2 premières périodes et que tu as vu ce qui s’est passé à la récréation, je vais te parler du dîner, car il s’est passé pas mal de chose.

Premièrement, j’ai mangé avec C (une amie) à la 4e, et jusqu’à environ cinq minutes avant que la cloche sonne, nous sommes restées ensemble, puis je suis partie rejoindre R (un ami d’école).  J’ai pénétré dans la cafétéria et me suis installée à une table tout en guettant une place.  J’étais en train de lire quand j’ai senti ma chaise qui se relevai.  Ce n’était que R.  Il est parti à rire.

  • Je n’ai pas pu te lever, tu es trop pesante!
  • Hein, Hein.
  • Guette ces places-là, a-t-il dit en apportant une autre chaise. Il est tout de suite parti travailler.  Mais il ne savait pas que, à cette place, il y avait déjà quelqu’un.  La fille est venue s’assoir et quelques minutes plus tard, j’entendais quelqu’un qui m’appelait.
  • Lise

Je me suis retournée vers R.

  • Tu n’as pas guetté une autre place?

J’ai haussé les épaules comme pour lui dire que je n’ai pu faire autrement.  Il m’a lancé un de ces regards!  Je me suis tournée et j’ai lu pour ne pas trop m’en faire.  Je me suis fait du souci pas mal de temps.  Enfin, R c’est trouvé une place en face de nous et pendant que lui il dînait, je lui ai montrer les dessins que je lui avais fait.

Il y a une chose que je n’ai pas trop aimé; c’est qu’il me mettait souvent la main sur la cuisse.  S’il recommence demain, il va le savoir que je n’aime pas ça (Tu vas penser que je ne réagis pas vite, mais il y a des petites choses qui nous différencient parfois, en tout cas, je suis bien décidée à lui dire).  En plus, lorsqu’on est retourné vers les classes (quand la cloche a sonné, autrement dit), il m’a donné des tapes sur les fesses.  Cette fois-là j’ai réagi plus vite; je suis partie en courant jusqu’à ma case, mais fais toi en pas, il est venu me rejoindre, il m’a donné un petit coup de pied juste pour montrer qu’il était là.  J’ai relevé ma tête et je l’ai regardé du même regard qu’il m’a lancé à la cafétéria.  Quand je me suis relevé, j’ai barré ma case et il m’a suivi un petit bout :

  • Tu n’aimes pas ça quand on te fait ça?

Il m’a redonné une autre tape sur les fesses. (Je ne sais pas si tu l’as entendu à la récréation quand il a dit : « tu vas avoir les tapes sur les foufounes »)

  • Non! Je lui ai lancé ça mais je ne l’ai pas dit très fort et je crois qu’il ne m’a pas bien entendu car à ce moment-là, moi je montais et lui continuais tout droit.

Demain, s’il recommence, je vais me choquer pour de bon!

S’affirmer et développer sa confiance en soi

N’est-ce pas que c’est typique d’une adolescente?

Le fait d’être en admiration avec son professeur.

Le fait d’être mal à l’aise de n’avoir pas donné satisfaction à la demande d’un garçon, qui, de toute évidence, ne m’était pas indifférent.

Cette rapidité de changement de l’humeur.

Une pensée chaotique.

La recherche de soi, qu’on remarque par une confiance en soi vacillante mais une affirmation de soi qui prend de la vigueur.

La différence dans la notion du temps et des événements d’une journée.

Et vous ?

J’en retiens, avec un grand sourire, que l’être humain est à l’image de sa planète.  Son monde intérieur est fait de changements et d’évolution !

Quelles sont vos propres impressions de votre période d’affirmation et comment vous avez développé votre confiance en vous ?

Lise Berthelet-Henry, Formatrice et Auteure

À l’Académie LBH, le programme de formation est basé sur du travail sur 3 plans, 3 principes en 3 exercices afin de toujours inclure le développement personnel et l’évolution en tant qu’humain autour du développement des compétences entrepreneuriales.  Voyez ce qui en est ici.

Vous désirez mieux me connaître, cliquer sur l’image !

10 Façons de conserver son équipe et d’être l’employeur idéal

10 Façons de conserver son équipe et d’être l’employeur idéal

L’employeur idéal conserve son équipe

Nous sommes en 2017 ! Le temps est révolu depuis fort longtemps de s’imposer comme le maître absolu, et pire encore de diriger en écrasant. Et pourtant, la situation se rencontre encore trop souvent !

Plusieurs études le prouvent, il est beaucoup plus économique d’avoir des employés heureux, qui sont fidèles et rarement absents ! La formation coûte cher ; vaut mieux garder les employés à son service le plus longtemps possible.

C’est vous, le chef d’entreprise, qui peut faire toute la différence.

Dans cet article, je vous rappelle plusieurs principes qui existent, que je n’ai pas inventés, mais qui font partie de ma philosophie. Je ne suis présentement pas un employeur, mais je travaille en collaboration avec beaucoup de personnes, et avoir de bonnes relations et de la transparence est essentiel.

Voici les 10 façons de s’assurer de l’engagement de vos employés envers vous et votre entreprise.

1– Choisissez les membres de votre équipe selon leur spécialité, leurs connaissances et leur expérience, tout en ayant en tête que vous pourrez les former pour les particularités de votre entreprise, ce qui vous avantagera puisque vous pourrez les imprégner de votre philosophie ;

2-Soyez honnête, transparent et humain. Chacun a des forces qui seront utiles et des faiblesses qui peuvent être améliorées, vous y compris.

3– Utilisez votre position de chef d’entreprise pour enseigner, transmettre, stimuler, encourager et déterminer la philosophie qui vous ont vous-même animés et amenés à créer votre projet d’entreprise ;

4– Encourager votre équipe à commenter, suggérer et créer car chacun a des idées qui pourront se rejoindre et amener à des projets grandioses ;

5– Ne faites pas de différence entre les membres de l’équipe et faites-les tous participer aux rencontres ; l’idée de génie peut venir de celui ou celle qui effectue la plus simple tâche ;

6– Supporter les dans les jours moins heureux, les aléas de la vie. Tout le monde a des hauts et des bas. Ils vous seront reconnaissants et fidèles pour les avoir compris et supportés. Il y a tellement de façon d’aider de nos jours, pourquoi s’en passer ?

7– Soyez juste et équitable. Donnez la chance à tous de démontrer leurs capacités à tous les niveaux. Si un problème surgit avec un ou quelques un des membres, voyez ce qui en est avec celui ou ceux-ci sans imposer des restrictions aux autres.

8– Remercier personnellement votre équipe régulièrement et par de petits gestes ou permissions ; ça fait toujours du bien de se sentir aimer et apprécier !

9-Encourager le travail d’équipe et cultiver une philosophie d’ouverture vers l’autre et d’écoute des besoins de chacun afin que tous se sentent accepter, en sécurité et puisse s’affirmer, se développer et s’améliorer, dans sa vie personnelle comme professionnelle;

10– Soyez innovateur ! Instaurez une ambiance de travail agréable selon vos aspirations personnelles et celles de votre équipe. Par exemple, des couleurs énergiques ou calmantes, des appareils d’exercice, des aquariums, la permission d’amener son chien et plus. Il y a tellement d’idées qui ont fait leur preuve et vous en obtiendrez sûrement de la part de votre équipe et qui pourront souvent être réalisées avec leur collaboration et sans de gros investissements.

Ces quelques idées ne sont qu’une infime partie de ce que vous pouvez faire pour créer un environnement de travail qui feront de vous l’employeur et le client idéal et mèneront votre entreprise à la réussite. Qui plus est, cela vous vaudra assurément des récompenses, dans tous les sens du mot !

Lise Berthelet-Henry

Formatrice et partenaire entrepreneuriale

 

Plan pour la meilleure année de sa vie

Plan pour la meilleure année de sa vie

Faut-il toujours se battre, travailler fort et faire des sacrifices pour avoir la vie rêvée, la meilleure année de sa vie?

Je l’ai fait et qu’est-ce que cela a donné? Rien. Ma situation ne s’est pas améliorée.  Je dirais même qu’elle avait dégringolée.

Cheminement

Ces dernières années, je suis passée par toutes les émotions. Je me suis sentie trahie par les gens et par la vie. J’ai fait deuil sur deuil de mes rêves, mes ambitions, mes désirs et ma passion pour les chevaux. J’ai été en colère. J’ai reporté le blâme sur les autres et sur les éléments extérieurs. Je me suis réfugiée dans la tristesse, les ressentiments et les regrets. J’ai pleuré. J’ai été déçu de la vie qui ne me donnait pas l’abondance, que je considérais pourtant avoir méritée. Je me suis tournée vers la culpabilité et le doute sur mes capacités et mes compétences.

J’ai dû chercher comment m’en sortir. Comment ne plus ressentir ces émotions tristes et dérangeantes. J’étais au « bout de mon rouleau », « au fond du baril ».  J’étais loin de la meilleure année de ma vie.  J’avais besoin de lumière, de chaleur et d’amour.

Quand je me suis sentie « étouffée », j’ai fini par comprendre et lâcher prise.  J’ai laissé la vie m’amener là où elle voulait. Je n’avais plus assez d’énergie pour faire autrement de toute façon. Comme ma foi est grande, je me suis laissé guider entre mes mélancolies.

La remontée

Un nouveau travail m’a ramené sur le chemin. Il y avait tant d’amour et de compassion dans cette équipe formidable ! Je suis allée là où l’Univers m’a dirigé pour répondre à mes demandes. Voilà que la lumière rejaillit. La chaleur humaine me remplit le cœur. L’amour revient, de moi à moi.

Je me délecte de lectures spirituelles et en même temps de tout ce qui concerne les entreprises. Je recommence à m’intéresser à ce qui se passe dans le monde extérieur tout en prenant soin de mon être intérieur. L’énergie revient. L’enthousiasme me nourrit.

Je vais où je crois que l’on a besoin de moi. Je tâtonne. J’essaie. Quand je sens la flamme s’éteindre, je n’hésite pas, j’arrête et je vais vers autre chose. Je me dis que je vais bien trouver où est ma place !

Je médite et je prends le temps de réfléchir à ce que je veux vraiment. Je cherche à savoir dans quoi et jusqu’où je suis prête à m’engager. J’observe ce qui se passe en moi, physiquement, mentalement, émotionnellement et spirituellement pour tenter d’obtenir la réponse à mes interrogations.

Je sens que je suis sur la bonne voie car le bout de l’entonnoir s’approche. Je me dirige tranquillement et sagement vers ma destination. J’en profite pour renforcir ma foi en lisant les messages de mes mentors spirituels, ainsi que plusieurs entrepreneurs inspirants. J’améliore mes habitudes de vie, je prends soin de moi et je m’accorde tout l’amour que je mérite. Je deviens de plus en plus l’observatrice de mes pensées et de mes réactions émotionnelles. Je n’embarque plus dans les histoires rocambolesques de mon ego. Je m’efforce de voir le positif partout, même dans les situations difficiles. Quand je parle à quelqu’un ou que je l’observe, j’élimine les filtres pour me rendre directement à l’âme. J’assimile les leçons des grands maîtres sur la véritable identité de l’humain et sa mission sur Terre. Ça me réconcilie en tout et partout.

Le nouveau voyage

Me voici donc maintenant prête à poursuivre mon aventure vers ce nouveau chapitre de ma vie.  Je l’affirme, je m’y engage.  Cette année, est la meilleure de ma vie.

Je suis la formatrice, l’auteure, la conférencière, l’animatrice.  Je suis celle que je désire être. Je fais ce que j’aime faire.

Je vous invite cordialement à embarquer dans le plan de la meilleure année de votre vie.  Nous voyagerons dans la même direction.

 

Lise Berthelet-Henry

Formatrice et partenaire entrepreneuriale

Auteure, conférencière et animatrice de réseautage d’affaires

 

Comment ne pas craquer sous la charge de travail

Comment ne pas craquer sous la charge de travail

C’est sans contredit, chaque humain a une lourde charge à porter en ce monde !

Toute l’année, tous les mois, toutes les semaines, tous les jours, toutes les heures, toutes les secondes. OUF !

Comment alors ne pas « sauter sa coche » ou faire une dépression?

lourd fardeau

La charge de travail

Il y a tant à faire !
Apprendre.
Découvrir.
Chercher.
S’amuser.
Prendre soin de soi, des autres, des animaux, de la nature, de la planète.
Vivre.
Dormir.
Aimer.
Rêver.
Créer.
Et on pourrait allonger la liste à l’infini.
En plus, dans chaque item, il y a une variété incommensurable de petites actions quotidiennes à faire.
Faut dire que notre vie humaine est courte et qu’il y a tant de choses intéressantes et dignes d’exister que nous aimerions créer !

Le sentiment de panique

Ce n’est pas étonnant que nous sentions écrasé par autant de choses à faire et que la panique nous gagne !
D’autant plus que nous nous enfermons dans la cellule du temps !time
Et que nous ajoutons la quête de la performance !

Des outils SVP !

S’arrêter, Respirer, Méditer et remettre de l’ordre.
Oui, mais on nous sert cela tout le temps, me direz-vous !
C’est vrai mais ce sont les premières actions à faire.
Car une des choses que l’on fait presque toujours, et souvent sans s’en rendre compte, est de jouer à la girouette. On devient une « tête folle » d’essayer de tout faire en même temps. Et on fait bien souvent des erreurs et des gâchis. Ça ne nous aide pas !
Vaut mieux établir des priorités, se centrer sur une chose à la fois, et débuter, faire travailler et régler plusieurs actions dans sa journée.
Quand j’ai l’impression de crouler et d’aller vers la panique, je m’arrête, je respire et je me dis: « Demain est un autre jour ». Je souris et je suis fière de ce que j’ai accompli.
Si le sentiment de panique ne s’est pas dissipé tout à fait, je respire. Je me fais alors l’image dans ma tête que je repousse avec mes mains toutes les actions, les insatisfactions de certains et autres pensées qui se bousculent. Je les maintiens à distance jusqu’à ce que je sois toute seule dans l’heureux silence de ma bulle. Je peux alors prendre quelques secondes ou minutes pour méditer, ou, si vous aimez mieux, réfléchir, à ce qui compte le plus pour moi et ce qui est vraiment important.
Finalement, j’assume que je suis bien dans mon petit appartement et que la vaisselle peut attendre encore un peu.

Une journée type

J’ouvre les yeux sous cette nouvelle journée en remerciant l’Univers de faire partie de la Source et je chéri mon expérience humaine.
J’effectue quelques petits exercices d’étirement dans mon lit.
Je programme mentalement ma journée en considérant qu’elle sera merveilleusement remplie d’apprentissages qui me permettent de faire évoluer mon âme.
Je me lève et fais le tour de la maison pour ramasser quelques traîneries et ouvrir les rideaux pour laisser entrer l’énergie de la lumière.
Je déjeune et j’écoute une émission ou lis des articles qui me stimulent.
Je me prépare à sortir travailler ou m’installe à mon bureau selon ce que j’ai sur mon agenda.
Je sors le dossier qui me semble le plus prioritaire en cet instant. Comme j’ai l’aide de la technologie, j’en profite. Je programme l’application de mon téléphone pour m’avertir quand c’est le temps de passer à autre chose.
Je passe à cette autre chose, quel que soit l’action et j’oublie le reste.  serenite
Je vais me coucher le soir en remerciant l’Univers de ma belle journée, quel que soit les évènements heureux ou difficile. Je programme mentalement ma nuit pour un sommeil de qualité et un repos bien mérité.
Si mon cerveau est effervescent et ne me lâche pas, j’écris ce qui me préoccupe. Je le sors de moi et le laisse dans mon bureau ! J’utilise mon petit jeu de solitaire et/ou une lecture spirituelle pour me recentrer et me détendre. Je recommence autant de fois que j’en ai besoin car il y a de ces nuits où ce n’est pas évident !

Le résultat

Chacun à sa manière, nous sommes en mesure de trouver des moyens pour vivre notre vie dans le moment présent en mettant de côté ce qui se passe à l’extérieur. Car c’est sur notre monde intérieur qu’il faut se centrer pour que le monde change autour, et non le contraire !

Cela peut paraître égoïste, mais en réalité, c’est parce que nous demeurons solides et centrés, que nous pouvons accomplir des tonnes de choses dans une vie et améliorer le monde extérieur!

un monde meilleur

 

 

Lise Berthelet-Henry, Formatrice et conférencière

10 façons de ne plus courir après le temps

10 façons de ne plus courir après le temps

Le « mal-aise » du siècle

Êtes-vous de ceux et celles qui n’ont pas assez de 24h par jour pour faire tout ce qu’il y a à faire ?decouragement
Moi, j’étais comme ça. Et je stressais à rien. Pourtant, je n’aimais pas courir pour ou après des échéances. Ça m’a pris un « temps fou » pour trouver mon équilibre !
Je vous partage les 10 trucs qui m’ont aidé à ne plus courir après le temps !

Méditez

Notre cerveau est un vrai ordinateur à 5 cœurs. Il est super actif et nous envoie des milliers d’informations en même temps. Cela finit par se mélanger. C’est alors que, comme pour votre ordinateur, vous avez besoin d’une défragmentation. La méditation a le même effet. Elle gère le flot de pensées. Elle met de l’ordre pour atteindre une performance optimale. Il ne s’agit que de quelques minutes d’arrêt pour tout remettre en place dans notre tête et agir avec discernement par la suite. Cela se fait en tout temps, en tout lieu et est particulièrement utile quand on sent de la tension.

Cliquez sur la photo ci-dessous et écouter la vidéo « Démystifier la méditation ».

meditation

Respirer et méditer: en tout temps, en tout lieu

Respirez

Pour gérer le stress, les respirations profondes et lentes font des miracles ! Pratiquez-vous à respirer en trois temps. Un premier 8 secondes à remplir vos poumons en partie supérieure, puis à aller encore plus loin en gonflant votre ventre. Conservez l’air pendant quatre à huit autres secondes. Puis expirer pendant les 8 autres secondes, en relâchant en même temps, toutes les frustrations, la nervosité, le stress ou tout ce qui vous dérange. Faites-le les yeux fermés et concentrez toute votre attention sur la respiration et les étapes. Vous aurez sûrement de la difficulté au début, à garder le souffle dans la deuxième étape. De même pour équilibrer les trois étapes. Allez-y avec ce que vous ressentez, ne vous inquiétez pas que ce ne soit pas à la même vitesse ou que vous n’arrivez pas à le faire comme indiqué.  L’important est d’être centré sur la respiration et de le refaire souvent en améliorant sa performance d’une fois à l’autre.  Vous serez étonné des résultats sur votre état mental et émotionnel ainsi que vos capacités respiratoires !

Désencombrez votre vie

La société dans laquelle nous vivons ainsi que tout ce que l’on a reçu de nos parents, amis et éducateurs nous amène à une certaine façon de penser. Il y a un dicton qui cite : « On ne change pas une formule qui fonctionne ». Ce qui implique qu’on doit changer celle qui ne fonctionne pas. Pourquoi alors continuer dans la même habitude, dans la même façon de penser, quand on se rend compte que cela nous empêche d’avancer dans notre vie ?
Le changement est ce qui est le plus stable dans la vie. Sans changement, il n’y a pas d’évolution. Faites-en votre allié ! Laissez tomber les habitudes qui vous freinent et vivez votre vie positivement et passionnément. Faites le bilan de votre vie, décidez de ce qui est le plus important et lâcher prise sur le reste. Votre énergie deviendra explosive !

Soyez le chef d’orchestre de votre vieetre-le-chef-dorchestre-de-sa-vie

Nous sommes les chefs d’entreprise pour notre esprit et notre corps. Agissez comme tel. Instaurez les politiques et procédures qui vous conviennent et non celles qu’on vous a imprégnées. Soyez le superviseur de ce filtre humain envahissant qu’est l’égo. Étudiez-le et découvrez les subtilités de son emprise sur vous. Puis donnez-lui des tâches positives qui en feront votre partenaire et non votre bourreau. Prenez soin de votre corps et écoutez-le. Portez une attention à ses moindres signes et cherchez à en connaître la signification afin d’effectuer les changements qui s’imposent. Faites-en votre allié pour atteindre vos buts.

Lisez l’article « Savez-vous qui vous êtes vraiment » et écoutez le vidéo « Égo, s’en libérer et allez vers le bonheur »

Désencombrez votre environnement

Les possessions qui s’accumulent nous alourdissent. Tant au niveau de l’espace physique que sur le plan financier. Cela met aussi une pression sur votre mental et votre moral. Ne gardez que ce qui vous sert régulièrement. N’achetez que ce dont vous avez réellement besoin. Gâtez-vous autrement, soit en atteignant vos buts et en remplissant votre mission de vie. Vous trouverez cette récompense bien plus précieuse qu’une grosse maison, une voiture de luxe ou qu’un repas au restaurant. L’énergie placée dans les choses qui ne servent pas est une grande perte en temps, en espace et en argent. C’est aussi un non-sens environnemental et social. Faites circulez l’énergie en vendant ou donnant tout ce qui encombre votre environnement et constatez combien vous respirez d’aise !

Vivez au moment présent

Le passé n’est plus, le futur n’est pas encore. Le seul moment qui a de l’importance est le présent. Le passé est une source d’information. Le futur est une motivation. Le seul moment où vous accomplissez quelque chose est le présent. Ne pleurez pas sur votre histoire car elle n’a plus d’importance. Ne remettez pas à plus tard ou en vous attardant en préparation. Commencez, apprenez, expérimentez et recommencez ou réorganisez votre projet. Vous aurez la satisfaction de l’accomplissement tout en ayant avancé.

Concentrez-vous sur une chose à la fois

Trop de projets en même temps finit par tous les diluer et rien n’avance. Faites le tri des nombreuses tâches et actions, en créant tout plein de chemises de dossier où vous déposerez vos idées. Placez-les dans un classeur où vous savez qu’elles sont mais sans les voir constamment. Ne travaillez que sur un seul dossier à la fois ! Quand plusieurs choses se présentent à la fois, mettez-les en ordre de priorité, traitez le premier et placez les autres dans le classeur.

samuser-en-coupleAmusez-vous

Organisez votre agenda de façon à vous garder du temps pour votre santé, votre famille et aussi pour faire des choses que vous aimez. Ce sera votre moment pour faire ce dont vous avez envie, ce qui vous rejoint, sans le stress et la culpabilité.

Faites le bilan de vos avoirs

Comme un bilan financier, faites le compte et placez vos connaissances, expériences et réalisations dans vos actifs et ce sur quoi vous piétinez dans votre passif. Réfléchissez à ce qui est le plus important pour vous dans toutes vos activités et toutes les choses qui vous intéressent dans la vie. Prenez le temps, faites-en un peu chaque jour. Placez alors vos découvertes dans votre « grand livre » et organisez vos affaires pour qu’il y ait plus d’actifs que de passifs !

Faites de la rétrospection et de la programmationProgrammer sa journée

Programmez votre journée dans votre tête en vous levant le matin. Utilisez l’imagerie mentale pour vous voir réussir ce que vous désirez entreprendre ou faire. Ramenez cette image dans votre tête dès que vous en avez besoin, comme vous soutenir dans une décision, réussir un examen ou une entrevue, préparez un événement. Le soir, revoyez ce qui a bien été et ce qui a moins bien été et placez ces informations dans votre classeur personnel, soit votre cerveau. Ils vous serviront la prochaine fois. Avant de vous endormir, programmez votre nuit. Lâcher prise sur tout ce qui vous inquiète, sur tout ce qu’il y a encore à faire le lendemain. Concentrez vos pensées sur le repos bien méritée tout en étant fier de ce qui a été accompli dans la journée et ce que vous pouvez mettre dans vos actifs.

En utilisant ces quelques étapes, j’ai cessé de courir après le temps et je me sens comblée et fière de mes journées ! Fini les frustrations et le sentiment de manque !

Prenez de la formation en vous assurant d’assimiler la matière, d’appliquer les principes et de mettre en place les éléments dans votre vie et votre entreprise.  Consultez un coach de vie, un coach d’affaires et inscrivez-vous à un groupe de réseautage.  Consultez vos amis et vos proches auxquels vous avez confiance et dont vous savez qu’ils croient en votre potentiel et vos projets.  Posez des questions à vos mentors et partenaires d’affaires, écoutez avec attention et prenez note de leurs commentaires pour améliorer votre vie et vos affaires.

Je serais d’ailleurs honorée de faire un bout de chemin avec vous en tant que formatrice et en consultation et accompagnement ainsi que lors des conférences.

Faites part de vos commentaires et des trucs que vous avez personnellement élaborés sur cette page !  Je vous lirai et vous répondrai avec le plus grand des plaisirs !

Lise Berthelet-Henry, formatrice et partenaire entrepreneuriale, Auteure et conférencière

Fondatrice de l’Académie LBH, le Réseautage en ligne LBH, R.E.G.I.E. et Services Équestres Québec

Abonnez-vous à ma chaîne YouTube.

Le sens de l’insuccès

Le sens de l’insuccès

Émotion

Je marche, j’avance, je travaille fort mais le schéma revient.
Ce que je touche ne fonctionne pas.
Que dois-je comprendre ?
Ça fait mal. Où est la lumière ?

Je suis en déséquilibre dans mon chakra du plexus solaire

Je suis en déséquilibre dans mon chakra du plexus solaire

Ce sont les phrases qui me sont venues ces derniers jours quand on m’a annoncé pour une troisième fois en deux semaines que mes livres n’étaient pas « recevables ».  La dernière nouvelle vient de me tomber sur la tête! J’ai fait un don à la bibliothèque et même là, on refuse mon travail de plus de 25 ans ! Pire, une des bibliothèques ne les a jamais mis sur les tablettes pour les lecteurs, ne m’a jamais avisé, et a vendu les livres lors de leur vente annuelle !
Comment faut-il que je prenne cela ? Comme un message ? J’ai juste le goût de lancer tout mon travail par-dessus bord, d’y mettre le feu !
Encore un deuil à faire ?
Je suis en mode « échec ». Justement, je me sens depuis longtemps invisible en tant qu’auteur et entrepreneur. Et pourtant, je suis partout sur l’internet, j’effectue de l’excellent travail et je suis toujours très occupée!
Je passe par plusieurs émotions : la colère, la tristesse, le goût de me frapper la tête, les pleurs. J’ai envie de tout laisser tomber. J’aimerais m’enfermer dans une cage où je ne ressentirais plus cet insuccès qui me fait mal du haut de mes 57 ans. J’oublierais tout le travail que j’ai fait pour si peu de revenus. J’ai juste envie de me débarrasser de cette boule qui m’oppresse le plexus solaire !

Que faire ?

Je ne sais pas quoi faire avec cette émotion. J’essaie de ne pas m’identifier à elle, de ne pas me laisser envahir. Je veux m’en détacher, l’observer sans intervenir, comme si elle ne m’appartenait pas. Je me sens inconfortable, pas vraiment sûre comment la vivre sans tomber dans le panneau de me démolir.
Je me tourne vers l’écoute de vidéos sur YouTube pour trouver un certain réconfort. Je tombe sur un jeune homme qui a vécu des déboires et qui s’est relevé. Il fait part de sa propre expérience. Je prends des notes. Je les relis, pour essayer de comprendre et de dissoudre ma boule d’inconfort.
Je dois affronter mes « démons ». Je ne peux les laisser prendre ma vie. Je recentre mes idées. Je refais mes bases. Je regarde mes autres réalisations. Je fais mon bilan. Je me donne du temps. Ma souffrance me ramène à l’essentiel. Me dit où je dois aller.

Je me libère

Même si ce n’est pas très clair, je ne suis plus dans la souffrance. Je ne vois plus tout en noir. Je me laisse simplement le temps de décanter et de respirer. Quand j’écris à une amie un peu plus tard

Je me libère

Je me libère

dans la journée, il y a toujours un malaise mais je le sens se dissiper à chaque phrase. Je ramène le positif dans ma vision car je veux que le positif me revienne par attraction. Je ne veux pas rester accrocher dans ma souffrance comme je l’ai fait trop souvent.
Je ne comprends pas encore pourquoi j’ai souvent des insuccès dans ma vie professionnelle. J’ai pourtant tout ce qu’il faut. Je ne cherche pas à comprendre maintenant. Je laisse faire, je continue et je verrai plus tard. En attendant, je fais ce qui me plait, je réfléchis à ce que je change dans ma vie au fur et à mesure que je sentirai que c’est le temps de le faire.

Le sens

Il y a un sens à mon insuccès, mais je n’ai pas encore ressenti ce que c’était et ce que je dois en faire. Je sais que ça va venir. Je regarde ce moment où je suis tombée dans le désespoir comme une preuve de mon humanité et une source d’apprentissage pour l’élévation de mon âme.
Peut-être est-ce justement cela le sens de l’insuccès que je rencontre ?

Lise Berthelet-Henry, coach de vie et conférencière

Nous faut-il vraiment tout cela ?

Nous faut-il vraiment tout cela ?

S’interroger

La société dans laquelle on vit, nous pousse à la consommation. Il est vrai qu’il est amusant et plaisant de s’acheter de nouvelles choses. Mais avons-nous vraiment besoin de tout ce que l’on possède pour se sentir comblé ? Est-ce que la personne riche, qui peut se payer tout ce qu’elle désire, est plus heureuse que les autres ? Qu’est-ce qui fait que nous sommes sereins quand vient le temps de quitter ce monde ?

S'intérroger
Ce sont des questions auxquelles il faut réfléchir sérieusement si on ne veut pas finir dans la peur de ne pas avoir réussi notre vie.
Il faut se demander pourquoi l’endettement est à un niveau qui dépasse l’entendement au Québec et au Canada. Qu’est-ce qui se cache derrière la facilité d’emprunt et de crédit et de la nonchalance qui en découle ? Est-ce que l’accumulation de biens et d’argent est vraiment un gage de réussite ?   Que doit-on comprendre de cet attachement déraisonné aux biens matériel ?   Est-ce possible de se sentir comblé avec moins ?

La vraie nature de nos possessions

On dit souvent : « Nous n’emportons pas nos possessions dans l’au-delà ». Ce qui est très vrai, car le matériel demeurera dans la forme, soit le monde physique. Et puis, tout ce qui est physique n’est pas éternel. Toute chose se détériore, et son énergie est récupérée par la nature et l’Univers ; un cycle tout à fait naturel. Les archéologues peuvent vous le confirmer ; eux qui se débattent avec le temps et l’environnement pour conserver les vestiges !
Il y a une différence entre bien vivre et vivre entouré de plein de choses qui finissent dans les rebus ou le recyclage ou, au mieux, dans les centres d’entraide, parce qu’on finit par s’en lasser. C’est de notoriété publique que de tout avoir, on finit par être blasé. Cela nous amuse un certain moment, puis on perd l’intérêt parce que nous sommes attirés par une nouveauté. Et le cycle recommence encore et encore.
Avoir beaucoup de possessions prend beaucoup d’espace physique et alors, nous nous voyons obligé d’augmenter la superficie, ce qui vient avec un prix. Ça devient de l’argent qui est dépensé pour entreposer des objets éphémères, au lieu de nous servir à demeurer en santé, à réaliser un voyage ou à créer des moments merveilleux en famille ou avec les autres.
Et puis, cet espace doit être géré et entretenu. Ce qui implique que nous y passerons beaucoup de temps. Temps que nous ne pourrons utiliser ailleurs, tel que pour s’occuper de nous-même, de notre famille ainsi que de travailler sur des réalisations qui nous remplissent de joie et qui apporte quelque chose sur cette planète.

Le poids de l’argent

le-poids-de-largentCombien il est désolant de sentir qu’il y a de la discorde et de séparations chez les couples, à cause de l’endettement ou de questions financières. Ce stress prend la place de beaux moments et du bonheur d’être ensemble.
C’est aussi malheureux de voir l’éclatement d’une famille après le décès d’un des leurs, auprès de qui il formait pourtant une famille unie.

Un changement heureux

Le premier pas pour trouver une réelle satisfaction à notre vie, et le bonheur qui en découle, est de se défaire du désir de bien paraître, de démontrer sa réussite monétaire ou sa supériorité sur son voisin, ou de se sentir en sécurité en accumulant des biens.
Ce désir vient de nos pensées qui sont influencées par le côté humain, notre éducation et la société dans laquelle on vit. Il y a de l’espoir car les pensées ça se changent !
On dit souvent : « fies-toi à ton cœur et tu ne te tromperas pas ». Le cœur mène à l’âme ! Or c’est en se connectant à notre âme que nous pouvons changer nos pensées. Notre âme sait ce qu’est notre mission de vie. C’est elle qui nous conduira vers ce qui compte vraiment. C’est sur quoi on doit miser pour que notre vie resplendisse de joie et que l’on sente cette réussite que l’on cherche trop souvent à l’extérieur de nous. coeur-corps-et-ame

La vraie richesse

Si je vous demande : Qu’est-ce qui rend heureux dans la vie ? Ce qui vous viendra presqu’automatiquement en tête sont les beaux moments partagés avec les personnes aimées, le petit cadeau que l’on offre qui fait tant plaisir, le magnifique sourire d’un enfant que l’on retrouve après une dure journée au travail, les félicitations que l’on reçoit pour une de nos réalisations. Et vous pouvez sûrement en ajouter !

La vraie définition de la réussitela-vraie-richesse

La vraie réussite, la richesse et le bonheur est dans une vie simple entourée de ceux que l’on aime et dans le partage avec les autres. C’est de sentir chaque jour que vous vous réalisez, que vous évoluez en prenant soin de vous et des autres et en adoptant des valeurs humaines qui vont de pair avec la nature de la vie. C’est ressentir les bienfaits de ce bonheur dans la santé, la beauté et la grandeur de votre corps, votre cœur et votre âme.

La vraie valeur de l’argent

Si la vie vous a amené sur un chemin pavé de réussite financière, vous avez en main un atout supplémentaire. Mais que vaut cet argent si vous êtes seul pour en profiter et que vivez dans un monde artificiel sans véritable amour. À quoi ça sert, si cela vous mène directement à la maladie et à une fin de vie dans la peur ?
L’argent vaut davantage quand il sert à créer. Quand il est investi pour réunir des familles, soutenir des personnes démunies, aider des personnes âgées, réaliser le rêve de quelqu’un qui n’y croyait plus, construire un lieu qui rassemble, supporter des gens qui prennent soin des autres, sauver des vies, soigner des animaux ou améliorer son environnement ou sa communauté.   L’argent qui sert positivement est un investissement dans une vie remplie d’amour, de joie et de bonheur.Légèreté et joie
Je me souviens d’en avoir constaté les effets, en regardant cette émission où des chefs d’entreprise bien nantis se déguisaient en de simples employés dans leur propre entreprise. Ils vivaient à chaque fois des moments magiques, plein de compassion, d’amour, d’entraide et de partage. Ils étaient à même de comparer cela avec la vie qu’ils menaient dans l’aisance et en n’étant considéré que comme un patron, dont bien souvent la plupart des employés n’avaient jamais vu. Cette expérience les amenait toujours vers un profond changement intérieur. Ils ont tous instaurés une nouvelle mission, des valeurs humaines et une vision élargie à leur entreprise. L’impact positif a changé la vie des travailleurs, des clients et de l’entreprise. Cette dernière a gagné en notoriété et en reconnaissance, à l’extérieur comme à l’intérieur, et vogue de succès en succès.

sereniteUne vie comblée

Quel que soit notre situation financière, nous sommes responsables d’ouvrir notre conscience, d’utiliser nos privilèges et nos talents à bon escient, d’être reconnaissant pour notre succès et de travailler à améliorer notre monde.
Ce qui est vraiment important, n’est-il pas de laisser l’amour et l’harmonie en héritage et d’être serein et satisfait avant de quitter cette vie ?
C’est ce que je vous souhaite !

Lise Berthelet-Henry, coach de vie et conférencière

Vie de pacha

Vie de pacha

LA VIE DE PACHA
Ma chatte vient de s’installer sur mon bureau et elle se la coule douce, toute étalée et ronronnant.  Je pense : « elle a une belle vie de Pacha ma cocotte ».

Cara sur le bureau 2011

Cara bien installée sur mon bureau pendant que je travaille

J’observe ses faits et gestes. Son oreille est constamment attentive. Son regard est aussitôt attiré dès qu’il y a un petit bruit. Et aussitôt, elle se rallonge et retombe dans un repos confiant.  Après quelques minutes, malgré le bruit du clavier, elle ronfle, se sentant probablement protégée par ma présence.
Ça me ramène à ma propre vie. Est-ce que je fais comme elle et je me laisse aller à vivre une vie de Pacha ? Est-ce que je suis en procrastination ? Et pourquoi je ne passe pas à l’action ? Pourquoi, chaque fois que le succès est à la porte, je recule au lieu de goûter à pleine bouche à ce délice ?
Les peurs, me direz-vous. Exactement, je vous répondrais.
Peurs du succès. Non seulement ma mère et la société ont véhiculés que « j’étais née pour un petit pain », mais je me suis moi-même laissée emprisonner par cette pensée, qui s’est transformée en peur qui me paralyse.
J’ai rêvé de ma passion. J’y ai mis mon argent, mon temps, ma santé et toutes ces années de ma vie ! Comment je fais pour sortir du cercle vicieux ? Que puis faire pour ne pas me laisser ramener vers cette croyance et cette peur par mon entourage ?
Eh bien, c’est que j’ai tout ce qu’il me faut ! J’ai le thérapeute le plus efficace, là, juste là, en moi ! C’est mon âme, mon être intérieur, ma véritable identité, quel que soit la dénomination qu’on lui donne.  J’ai juste à aller le visiter et prendre avec elle (ou lui) une marche dans la cour intérieure de mon être. Je respire sa joie de me retrouver. J’écoute le silence. Je ressens sa sagesse. Je lâche prise sur le monde extérieur. Je me permets d’Être.
Comme ma chatte sur mon bureau, je ferme les yeux, je relaxe et je me laisse imprégner de ce simple moment. Pas de pensée, pas de parole, pas de geste. Je profite du moment présent et je laisse entrer l’énergie universelle. Je remets mes peurs, mes doutes, mes anxiétés et tout ce que je ne peux contrôler à l’Univers. Je fais confiance à son intelligence. Je me laisse descendre dans ce sommeil profond et réparateur dont mon corps a besoin !
Demain est un autre jour. Mais je sais déjà que je me réveillerai dans l’inspiration et que je serai confiante envers la vie ! Que je passerai désormais à l’action ou vivrai intensément et avec joie tous les moments présents «libres» de toutes activités, du temps juste pour moi ou  juste pour ne rien faire!

Cara et moi en 2016

Cara et moi qui avons une de nos nombreuses conversations par le regard

 

Leçon de vie

Leçon de vie

Je suis un être humain. Je suis une âme éternelle.  Je suis partie du tout et du divin.  Je suis responsable de tout ce qui m’arrive et de ma santé.  J’ai le pouvoir de changer mes pensées et mes actions.  Je suis la créatrice de ma vie.

 

Je dois revenir sur ces affirmations, tous les jours, souvent plusieurs fois par jour et tout spécialement quand je vis un moment difficile comme celui qui vient de passer.

 

Quel que soit l’événement, il faut demeurer centrer sur cette affirmation quand on veut demeurer disponible pour soi même autant que pour l’être cher qui souffre auprès de nous. Dans mon cas, c’est la santé de ma chatte, qui est pour moi mon petit ange, qui a fait resurgir des inquiétudes.

 

Cara et moi camera prise 2 015Un détartrage, qui devait être simple, s’est transformé en cauchemar, dans ma tête. Je me suis retrouvée face à mes peurs.  Peurs de la perdre, de voir s’effondrer mon soutien, de voir disparaître ce qui comble mes besoins maternels, d’amour, d’affection et de contact.  En peu de temps, j’ai vécu la dualité entre avoir pris une décision pour sa santé et la culpabilité de lui avoir fait subir ce traitement qui l’a amené en situation de stress, de dopage non désiré et de perte de ses moyens.

 

Mes peurs sont venues me fouetter le cœur. Je suis tombée dans la souffrance et dans le désespoir.  Je ne voyais plus la lumière, j’ai perdu le contact avec ma divinité.  Je suis allée retoucher une petite note d’autodestruction mentale et d’automutilation physique qui m’ont autrefois habités.  J’ai douté.

 

La peur. Un sentiment qui est à la base de bien des pensées moroses et des actions désespérées.  L’être humain vit continuellement dans un bassin de peurs.  Il s’en nourrit, il se laisse envahir ou il leur fait face pour n’en être qu’un observateur.  Quoi qu’il en soit, il doit les affronter s’il veut s’en sortir!  J’ai dû affronter les miennes!

 

J’ai cherché à me défaire de ces liens insidieux de la peur en me raccrochant à mes affirmations et en priant. J’ai demandé du réconfort, de l’écoute, de la guérison pour ma chatte.  Je ne les ai pas reçus comme je l’avais figuré, mais c’est venu puisque j’ai ouvert grand mes sens pour les recevoir.

 

Il m’a fallu beaucoup d’énergie pour me ramener; j’en ai les yeux bouffis. L’orage est passé rapidement sans faire trop de dégâts parce que je me suis raccrochée à ma divinité, que je me suis donné de l’amour et de la compassion, que j’ai osé me livrer à mon conjoint, que j’ai reçu à bras ouverts le cadeau spirituel de ma petite sœur, et surtout, que j’ai lâcher prise et accepter la situation et même l’interaction stricte et sèche d’une personne auprès de qui j’ai cherché le refuge mental.  J’ai laissé les peurs derrière pour ouvrir la porte de la guérison devant.  Je laisse aussi couler la pensée de rabaissement qui voudrait bien envahir mon cœur et me faire sentir comme une perdante.

 

Comme par magie, le calme est revenu et la guérison s’est pointée dès après mon abandon à la sagesse de l’Univers. J’ai une nouvelle expérience dans mon bagage grâce à cette leçon de vie.hiver 2013 Cara

Savez-vous qui vous êtes vraiment?

Savez-vous qui vous êtes vraiment?

Mes lectures spirituelles m’amènent vers une meilleure compréhension. Je lis présentement Wishes Fullfiled du Dr Dyer et pratique ses enseignements.  Ma nuit est donc pleine de belles expériences.  Cette nuit, je livre ce qui me vient.

J’ai un thème en tête, mais mon apport se fera intuitivement et en rapport avec vos propres interventions. Il n’y a donc pas de plan précis.  C’est ma façon d’enseigner; une idée sans planification encadrée.

Le thème est: «Savez-vous qui vous êtes vraiment?». C’est quant à moi la base essentielle d’où découlera l’éveil de la conscience divine qui permettra à tous de se rejoindre et donc de mieux partager et travailler dans un même but.  Cela s’applique à une petite ou grande échelle.  Avec vous-même, dans votre famille, dans vos milieux de travail; partout, dans toutes les relations humaines sur la Terre.  C’est le virage nécessaire à la paix mondiale.

Ce qui me vient est de vous présenter les différentes couches de l’être que nous sommes pour vous amener à savoir qui vous êtes vraiment et comment vous pouvez vous connecter les uns aux autres dans l’expérience humaine, dans l’Amour, la paix, l’harmonie, la joie et ainsi trouver le bonheur et d’en accumuler les bienfaits à chaque petit moment. Cela commence en vous puis les changements positifs déferleront en énergies positives et hautes vibrations autour de vous.  Les gens qui vous entourent, les évènements changeront et les défis de votre vie deviendront source d’apprentissage et de ressourcement.

Voici le schéma qui se dessine devant moi et les définitions qui me viennent intuitivement.

Schéma Qui vous êtes-1

 

Le Divin

Le Tout dont nous faisons partie. Nous relie à l’Univers.  Aussi appelé l’Éternel, l’Univers, la Source.  Il est le centre, dans la lumière blanche.

L’âme

Découle de la Source et est éternelle. Elle est très concentrée en énergie et vibrations, car reliée directement avec la Source, le Divin.  Elle est dans la guérison, dans la lumière violet.

L’esprit

L’inspiration de la Source. Donne le ton à notre vie en se référant à l’Âme. Il est le rayonnement, dans la lumière jaune.

Le Cœur

L’émotion amenant au ressenti. Le sentiment en nous qui ouvre le chemin vers notre être divin par l’éveil.  Il est dans l’Amour, dans la douce chaleur du rouge.

Le Corps

Le véhicule de l’expérience humaine visant à développer, faire évoluer et grandir l’Âme. Il est dans l’Espoir et fait partie de la Terre, il a donc la couleur verte.

L’égo

Le filtre qui s’est insinué autour de l’expérience humaine par les peurs. Il est dans l’Ombre donc nous permet de rechercher et de voir la Lumière.

 

Nous sommes des êtres éternels, dont le contenant est l’Âme. Notre vraie identité est cet être qui vit tout à côté et en étroite relation avec le Divin.

Nous sommes une Âme dans une expérience humaine. Ce que nous appelons, la mort n’est qu’un nouvel état.

Nous ne sommes pas ici que pour faire du «9 à 5» et vivre à 100 à l’heure.

Dans l’Univers, dans la nature, rien ne se perd, tout est recyclé, réutilisé, renouvelé. L’Âme quitte le corps et continue son évolution dans d’autres expériences.

Si nous nous défaisons de l’Égo, si nous cessons de lui donner de l’importance, si nous faisons abstraction de sa présence, si nous devenons des observateurs au lieu d’être participant à son influence, nous serons en mesure de rejoindre le Divin en nous. Le corps n’est pas un empêchement, quel que soit son état.  Le cœur et l’esprit sont nos alliés pour rejoindre notre Âme et le Divin.

Il n’y a donc qu’une seule couche qui nous empêche de rejoindre la Lumière et il est beaucoup plus facile que ce que nous pouvons le croire, de traverser les frontières de l’Égo.

Délaisser l’Égo, prendre soin de son Corps, reprendre contact avec son Esprit et son Âme, et nous voilà déjà rendu au Divin!

C’est en constatant qui nous sommes vraiment que la quête commence!!!!

Tenez-vous prêts, nous décollons!

Lise Berthelet-Henry, Auteur et conférencière

 

 

 

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.