La passion qui rend aveugle

C’est drôle comme la vie nous amène là où on doit être et à entendre ce que nous avons à écouter.  Un matin, je trouve et lis un article qui touche plus d’une de mes sphères d’activités.

Cela m’a amené à faire des liens avec mon entretien de la veille avec un gestionnaire qui est à même de reconnaître et de soutenir ma mission auprès du milieu équestre, puisque ceux de son entreprise vont dans la même direction.  Avec un certain recul, je constate que la passion et les affaires s’entrecroisent chez les entrepreneurs de tous les domaines.

Durant la rencontre, j’ai mentionné mon sentiment que les entrepreneurs équestres vivaient trop souvent de « passion et d’eau fraîche » et fouillaient plus souvent qu’autrement dans leurs poches, leur santé et leur vie pour se sentir comblés dans leur passion.  Ces personnes, très dévouées au milieu, n’ont généralement que peu de connaissances et d’expérience de gestionnaire et d’administrateur, ce qui les désavantage grandement.  C’est d’ailleurs dans cette optique que j’ai fondé l’Académie LBH.

Ce que je sais, c’est que les entrepreneurs équestres, toutes disciplines et toutes spécialités confondues, sont bourrés de talents et de bonnes intentions.  Le fruit de leur travail acharné quotidien a un fort impact économique qui devrait leur apporter une importante reconnaissance entrepreneuriale.  Or, dans la majorité des cas, ils ne se reconnaissent pas eux-mêmes comme des entrepreneurs, ni même comme des travailleurs autonomes.  Ceci influence leurs actions et leur fait perdre la place qui leur revient de droit dans la société et dans le milieu des affaires.

Leur éducation et la culture sociétaire des générations précédentes, sont encore trop présentes dans leur vie.  Cela inhibe leur capacité à obtenir le juste prix pour leurs produits et services et ainsi vivre convenablement et effectuer du développement.  Ils acceptent des conditions de travail et de vie qu’aucun de leur client ne tolérerait.  Ils ne réalisent pas la valeur de leur travail.

Pris dans cet étau de pensées limitatives, ils voient des dépenses là où il y a investissement.  Ils croient à tort que la formation est trop dispendieuse et demande trop de temps.  Ils ne comprennent pas la nécessité et ne croient pas aux capacités de déléguer des tâches à un autre entrepreneur et travailleur autonome, et encore moins à un employé, afin de pouvoir se consacrer à la gestion, à l’administration et au développement.  Pour eux, les notions d’entrepreneuriat, de partenariat et de non concurrence sont une utopie.

Leurs bonnes idées, intentions et énergies se perdent dans le travail ardu de journées trop courtes.  Les années passent dans un infernal cycle infini qui fait du « sur place ».  La pression se fait forte de tous les côtés, le moral en prend un grand coup et la passion finit par s’estomper.

La passion qui s’ouvre aux possibilités

À mon avis, pour vivre de sa passion, il faut s’ouvrir à toutes les possibilités.  Ce qui est le plus heureux est que le temps ne pourrait être plus parfait d’obtenir sa reconnaissance et de se sentir comblé et heureux, qu’en ce moment.

En effet, la mondialisation des marchés, de l’économie et de la culture; la politique monétaire, l’évolution des technologies, le passage à l’intelligence artificielle et la diffusion de l’information, provoquent des changements profonds dans la société.  Nous sommes de plus en plus interdépendants et interreliés à l’échelle de la planète.  Les possibilités sont infinies.  Ainsi, l’écologie, l’environnement, le développement durable et l’humanisation des conditions de travail ainsi que les mouvements de population cherchant une vie meilleure, sont au cœur des préoccupations des humains de toute la planète.  Tous, nous cherchons une vie pleine de sens, équilibrée entre le travail, la famille, les loisirs et la santé.

C’est ainsi que s’est transformé et se renouvelle l’entrepreneuriat, de ce qu’on appelle la « nouvelle économie ».  De nos jours, les connaissances et l’expérience acquise sur le terrain, les formations autodidactes et auprès d’autres entrepreneurs valent autant que les diplômes d’étude.  L’innovation et la créativité sont plus que jamais mis en valeur.  Ce qui importe est de démontrer son expertise dans l’action.

Voilà ce qu’en disent les auteurs de l’article que j’ai lu ce matin-là.  Ces deux experts dans leur domaine sont Bernard Cova, professeur de marketing à la Kedge Business School (Marseille) et Franck Barès, professeur agrégé et directeur du Département d’entrepreneuriat et innovation de HEC Montréal.

« La passion peut donc permettre de changer la vie d’un individu, de recréer une communauté et de sauver la société. Toutefois, la passion n’est pas sans risque : elle peut avoir des conséquences néfastes à de nombreux points de vue. Notamment, la passion peut aveugler l’entrepreneur. Elle a besoin d’être accompagnée pour ne pas conduire l’entrepreneur dans une impasse. L’accompagnement de l’entrepreneur passionné est essentiel mais requiert des approches qui rompent avec la surutilisation de grilles, de modèles ou de canevas incapables d’intégrer la passion. De plus, cet accompagnement doit intégrer la dimension communautaire dans son approche et la marier avec les réseaux de soutien à l’entrepreneuriat. L’accompagnant, lui, est appelé à jouer sur un double registre où sont harmonisés la prise de distance et le partage de la passion. »

J’abonde dans le même sens.

La passion qui soutient les efforts

Depuis que je suis toute jeune, j’écoute, je soutiens et j’accompagne des personnes.  Particulièrement ces dernières années où je me connecte sur mon être intérieur et travaille de concert avec lui.  C’est d’ailleurs une des raisons de mon dernier changement de carrière.

Un des slogans qui me suit depuis longtemps est : « Le cheval est ma passion, l’humain mon inspiration ».  Le cheval est toujours ma passion, même si je me suis retirée du travail de terrain.  L’humain entrepreneur équestre est celui qui m’inspire.  C’est à travers ce dernier que je continue ma passion pour le cheval.  Je suis la plus fervente admiratrice du travail de ces entrepreneurs, de leur dévouement et de leur résilience.

Mes propres expériences sur le terrain et ce que j’observe dans le milieu, me pousse à faire quelque chose pour briser le cycle infernal et faire avancer les entreprises équestres.  Je désire plus que tout, que le travail de chacun des intervenants soit valorisé et reconnu de la clientèle et que l’abondance et l’équilibre soit concrets dans leur vie.  C’est pourquoi j’ai instauré un programme de formation en entrepreneuriat qui vise à construire une base solide en amenant l’humain à utiliser ses ressources intérieures et à équilibrer sa vie tout en augmentant ses compétences de gestionnaires.

Ma devise est : « Quand l’humain va bien, l’entrepreneur nait et les affaires sont bonnes ».

L’article cité.

http://www.revuegestion.ca/entreprendre/lentrepreneuriat-affaire-de-passion/

 

Ça vous interpelle ?  Joignez-vous à la communauté d’Équi-Nature LBH.  Ensemble, nous allons toujours plus loin.  C’est pourquoi mon thème 2017-2018 est :  Relevons les défis ensemble !

Vous n’êtes pas certain ?  N’hésitez pas à m’écrire et à me dire ce que vous ressentez.  Je suis là pour vous !